Feedback

Informations

Lucanus Annaeus, Pharsalia.

Author(s), creator(s), collaborator(s) : Lucain
Type of the represented object : Manuscript

Détails
Original object location: Réseau des Bibliothèques
Uniform title : La guerre civile
Author(s), creator(s), collaborator(s): Lucain (0039-0065) (author)
Creation of the original object: 1150
12th century
Middle age (476-1492)
Place of creation of the original object: Belgique
Identifiant(s): Université de Liège. Bibliothèque, Manuscrit 362 (cote ULiège)
ALMA211622 (code-barres ULiège)
Original object language: Latin
Abstract: Pharsalia jusque à la ligne X.397.
Incipit : "Bella per Emathios plus quam civilia campos". Explicit : "Iuvenes aude".
Description: Marque d'appartenance manuscrite de l'Abbaye de Saint-Trond : "Liber monasterii sancti Trudonis" (f. 1r°).
Material, support of the original object : Parchemin
Dimensions, weight or duration: 210 x 135 mm
Physical description of the represented object : 104 feuillets. Cinq mains non identifiées : première main : ff 1r-8r ; deuxième main : 8r-104v ; troisième main : commentaires de f. 1 ; quatrième main : commentaire du f. 10r ; cinquième main : commentaire des ff. 1r, 9v, 19v, 29v, 40v, 51r, 62r, 73v, 85r, 99v. Nombre de lignes variable. Notes marginales.
Keyword: Lucain (0039-0065). La guerre civile; Bataille de Pharsale (48 av. J.-C.); Rome -- 49-45 av. J.-C. (Guerre civile)
CREF classification(s): Histoire
Classification(s): Arts & humanities => History
Original object linked resource: Manuscrits de l'abbaye de Saint-Trond
Fiess-Grandjean. Bibliothèque de l'Université de Liège : catalogue des manuscrits. Liège, 1875, n°658.
Other contributor(s): Benediktijnerabdij van Sint-Truiden (former owner)
Part of: Public domain
Permalink: http://hdl.handle.net/2268.1/4005

pdf.png
Ms362.pdf
Description:
Size: 61.15 MB
Format: Adobe PDF
Access type:: Open Access
Scientific presentation

Le manuscrit 362, dont la datation est située entre la fin du XIIe et le début du XIIIe siècle, contient la Pharsale de Lucain. La Pharsale étant composée de dix livres, le texte contenu dans notre manuscrit s’arrête à la ligne 397 du dernier livre.

Marcus Annaeus Lucanus est un auteur latin originaire de Cordoue, où il naquit dans l’année 39 ap. J.-C. Neveu du célèbre intellectuel Sénèque, il fut élevé à Rome, et fut précocement pris sous l’aile protectrice de l’empereur Néron. Pour des raisons qui restent en partie obscures (l’hypothèse principale serait la jalousie de l’empereur envers ce jeune poète talentueux), l’entente entre Néron et Lucain se brisa, ce qui poussa Lucain à participer à la plus célèbre des conjurations contre le princeps, la conjuration de Pison. Celle-ci découverte, il fut poussé, à seulement 25 ans, au suicide (le 30 avril 65). Sa seule oeuvre qui nous est parvenue entièrement est la Pharsale, ou Bellum civile, qui resta inachevée à cause de sa mort. L’oeuvre est un poème épique (en hexamètres, selon les conventions du genre) narrant la guerre qui opposa Pompée et César et qui culmina dans la bataille de Pharsale. En choisissant de raconter la violence de la guerre civile qui déchira la république romaine, Lucain relut, avec un point de vue critique, la traditionnelle célébration épique de la gloire militaire romaine, ainsi que l’idéologie sur laquelle elle s’appuyait.

En vertu de ce mépris de la gloire militaire et mondaine, et d’une certaine désillusion envers la religion païenne, le texte de Lucain fut pris comme source d’exempla par de nombreux commentateurs du Moyen Âge : en premier lieu Arnoulfe d’Orléans, mais également des savants anonymes qui s’efforcèrent d’interpréter et éclaircir un des textes les plus appréciés de cette époque. Plus de 400 copies, dont des fragments datés du VIIIe siècle, nous sont parvenus. Le manuscrit 362 a été recopié dans l’abbaye de Saint-Trond, qui, à la fin du XIIe siècle, vivait une période de richesse culturelle, qui se reflète dans l’intense activité de son scriptorium. De cette même période date aussi le manuscrit 365, contenant la même oeuvre. Les deux manuscrits, et de façon plus abondante le manuscrit 362, présentent des commentaires explicatifs qui introduisent chaque livre du poème, fournissent l’interprétation de certaines expressions et aident le lecteur à s’orienter dans les références au monde ancien. Les deux manuscrits n’appartiennent pas à une production de luxe : ils étaient donc très probablement destinés à l’usage des moines, dont l’éducation morale, ainsi que le raffinement de la connaissance du latin, passaient aussi par la lecture et l’étude des textes classiques. L’histoire du scriptorium de Saint-Trond se termine définitivement avec l’arrivée des Français en 1789. En 1824, les manuscrits provenant de cette abbaye parvinrent à l’Université de Liège, confondus avec ceux d’autres fonds religieux. Grâce à l’indication sur chaque volume de la provenance Liber monasterii sancti Trudonis, il a été possible de reconstruire le riche patrimoine de cette abbaye.


ULiege

Margherita Fantoli
Doctorante

Cette présentation a été réalisée dans le cadre de la collection "Arm@rium Universitatis Leodiensis. La bibliothèque virtuelle du Moyen Âge et de la première Modernité de l’Université de Liège", développée par l'Unité de Recherche Transitions .


Citer cette présentation :
Fantoli, M., « Lucain, La Pharsale,104ff., parchemin, Abbaye de Saint-Trond, XIIe-XIIIe siècles, 210 x 135 mm (Liège, Bibliothèques ULiège, Ms362) », in Arm@rium Universitatis Leodiensis. La bibliothèque virtuelle du Moyen Âge et de la première Modernité de l’Université de Liège, septembre 2018. http://hdl.handle.net/2268.1/4005
Bibliographie :

Items in DONum are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.