Feedback

Informations

La Libre Belgique. Nouvelle série de guerre

Author(s), creator(s), collaborator(s) :
Type of the represented object : Newspaper

Détails
Original object location: Réseau des Bibliothèques
First publication of the original object: 1943
20th century
Contemporary time (1789-20..)
Place of creation of the original object: Bruxelles (Belgique)
Original object language: French
Material, support of the original object : Papier
Dimensions, weight or duration: 28 x 22,5 cm
Physical description of the represented object : 8 pages
Period or event mentioned: Guerre mondiale (1914-1918)
Keyword: Guerre mondiale (1914-1918) -- Presse clandestine
CREF classification(s): Information et communication
Classification(s): Social & behavioral sciences, psychology => Communication & mass media
Part of: Public domain
Permalink: http://hdl.handle.net/2268.1/4025

pdf.png
Libre Belgique_Nouvelle série de guerre_1943.pdf
Description:
Size: 23.17 MB
Format: Adobe PDF
Access type:: Open Access
Scientific presentation

Après les Dix-Huit Jours et la capitulation du 28 mai 1940, la Belgique est de nouveau occupée. Dès l’été, s’appuyant sur l’expérience de la Grande Guerre, une série d’individus s’engagent dans la résistance par la presse clandestine. Au total, 12.000 Belges vont ainsi s’investir durant tout le conflit ; 1.650 y perdront la vie. Sur les 675 feuilles connues et rarement imprimées, beaucoup sont éphémères et à faible tirage. Plus de 70% d’entre elles sont rédigées en français. Chronologiquement, les premiers journaux sont plutôt ancrés dans la bourgeoisie francophone de droite, en lien ou non à un mouvement de résistance. La presse de gauche, plus virulente dans ses appels à l’action violente et à la dénonciation des « traîtres », se déploie davantage à partir de 1941, notamment en raison du changement de tactique des communistes et de l’apparition du Front de l’Indépendance, qui fait de la propagande par la presse l’une de ses marques de fabrique.

Parmi les journaux clandestins directement hérités de la Première Guerre, La Libre Belgique est sans doute le plus emblématique, à tel point qu’une dizaine de feuilles différentes, dans tout le pays, vont choisir cet intitulé. Toutefois, la réelle descendante de La Libre Belgique historique est celle dite de Peter Pan, alias Robert Logelain, et Scipion l’Africain, alias Paul Struye, deux avocats bruxellois. Fondée le 15 août 1940, elle compte plus de 80 numéros jusqu’en septembre 1944, sur une ligne catholique et monarchiste, reflet d’une certaine bourgeoisie bruxelloise, proche des milieux judiciaires et bancaires. D’abord stencilée, la feuille est ensuite imprimée, à Bruxelles ou en province – notamment à Liège à partir d’avril 1944, sur quatre à huit pages, et distribuée par un réseau de plusieurs centaines de personnes. Très bien informée et rédigée avec soin, La Libre Belgique est diffusée, selon les périodes, entre quelques milliers et 30.000 exemplaires. Soumise à la répression allemande, elle perd son directeur, Logelain, fin 1941, remplacé par William Ugeux, le patron du service de renseignement Zéro, aidé par Louise De Landsheere. Après 1942, la feuille connaît encore deux autres directeurs, les avocats Mathieu De Jonge, qui perdra la vie comme 176 autres participants à l’aventure, et Michel De Brabandère.

Le numéro présenté est le 71e, daté du 15 novembre 1943. La filiation avec La Libre Belgique de la Première Guerre y est assumée par la mention « Nouvelle série de guerre », par la fausse adresse de la rédaction (Oberfeldkommandantur) et par les phrases en épigraphe des rois Albert et Léopold, des bourgmestres de Bruxelles A. Max et J. Vandemeulebroeck et des cardinaux Mercier et Van Roey. Les articles évoquent tout à la fois la marche de la guerre et la situation intérieure – la multiplication des exécutions capitales, le degré de résistance, d’acceptation ou de collaboration adopté par les autorités belges demeurées au pays. Au bas de la page 7, des remerciements sont adressés à ceux qui, par leur discret soutien financier, permettent au réseau de fonctionner et au clandestin d’être imprimé.


ULiege

Catherine Lanneau
Professeure

Cette présentation a été réalisée dans le cadre du catalogue de l'exposition Empreintes. Patrimoine écrit, témoin de l'Histoire qui s'est déroulée à la Cité Miroir (Liège), du 21 avril au 20 juillet 2018.


Citer cette présentation :
Lanneau, C., « La Libre Belgique. Nouvelle série de guerre, Bruxelles, 15 novembre 1943, n° 71 (Liège, Bibliothèques ULiège, P66E) », in Oger, C., Simon, S. et Thirion, P. (dir.), Empreintes. Patrimoine écrit, témoin de l'Histoire, Liège, Presses universitaires de Liège, 2018, p. 123. http://hdl.handle.net/2268/222720
Bibliographie :

Items in DONum are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.