Feedback

Informations

Den Bibel. Tgheele Oude ende Nieuwe Testament met grooter naersticheyt naden latijnschen text gecorrigeert.

Author(s), creator(s), collaborator(s) :
Type of the represented object : Book

Détails
Original object location: Réseau des Bibliothèques
Uniform title : Bible.
Editor: [Anvers] Gheprint Thantwerpen in die Cammerstrate inden gulden Eeuhoren, By mi Willem Vorsterman. Voleyndt int Jaer nae de gheboerte Christi ons salichmaliers. M.CCCCC.ende XLIIII. Den sesten dach van October.
First publication of the original object: 1544
16th century
Modern times (1492-1789)
Place of creation of the original object: Belgique - Anvers
Identifiant(s): 709304544 (code-barres ULiège)
Th00510 [4°] (cote ULiège)
Original object language: Dutch, Flemish
Description: Provenance(s): Marque d'appartenance manuscrite du Couvent des Jésuites de Liège : "Collegii Soctis Jesu Leodii in insula" (TH00510 )
Collège des Jésuites wallons Liège, Belgique. [ancien propriétaire]
Reliure: Signets, reliure plein veau montée sur ais de bois avec estampages à froid et traces de fermoirs. (TH00510)
Date de publication: 7 octobre 1544

Empreinte: enof .giv a-on *nse (3) 1544 (R) (exemplaire ULg)
Page de titre en rouge et noir
Gravures sur bois
Signatures : ✚⁸ χ⁶ a-z⁶ χ⁶ χ⁶ 2a-2g⁶ 2h⁴ A-Z⁶ *⁸ 2*⁴ 2A-2C⁶ A⁸ B-O⁶ P-Q⁸
Citation: Universal short title catalogue 40932
Material, support of the original object : Papier
Dimensions, weight or duration: 37 cm
2 colonnes
Physical description of the represented object : [13 f.]-102 fol. p.
gravures, 1 carte dépl., signets, reliure plein veau montée sur ais de bois avecestampages à froid et traces de fermoirs
CREF classification(s): Théologie
Classification(s): Arts & humanities => Religion & theology
Original object linked resource: Universal short title catalogue 40932
Organization that sponsored the digitization: Université de Liège
Other contributor(s): Vorsterman, Willem (14..-1543) (printer-bookseller)
Part of: Public domain
Permalink: http://hdl.handle.net/2268.1/3569

pdf.png
TH510.pdf
Description:
Size: 394.61 MB
Format: Adobe PDF
Access type:: Open Access
Scientific presentation

Originaire de Zaltbommel, Willem Vorsterman (XVe s. - 1543) s’installa à Anvers en 1504 où il déploya une formidable activité d’éditeur et d’imprimeur. Son nom est mentionné à trois reprises dans les Liggeren de la Gilde de Saint-Luc, comme franc-maître en 1512, puis comme doyen en 1527 et 1542. Sa production aussi féconde que variée révèle sa détermination et son désir d’atteindre un public le plus large possible ; ce sont un peu plus de quatre cents titres (livres religieux, historiques ou scolaires, almanachs, traités de médecine, etc.), en langues néerlandaise, latine, française, allemande, anglaise, espagnole ou encore danoise, qui sortirent de ses presses entre 1504 et 1543. Mais, à l’image de cette Bibel. ‘t geheel Oude ende Nieuwe Testament, la notoriété de Willem Vorsterman s’est avant tout bâtie sur l’édition de Bibles en langue vernaculaire.

C’est pourtant Jacob van Liesvelt, autre grand imprimeur et éditeur anversois, qui le premier édita, le 6 septembre 1526, une traduction néerlandaise intégrale de la Bible. Si des ouvrages religieux en langue néerlandaise circulaient déjà à l’époque, à l’instar des Bijbels int corte, qui n’étaient pas tant des traductions des Écritures que des histoires bibliques complétées de quelques contes et fables populaires, jamais auparavant une Bible intégrale, dans son acception actuelle, n’avait été publiée en néerlandais. Rapidement, le marché des Bibles néerlandaises fut promis à un essor florissant, bien que relativement éphémère – la condamnation de Jacob van Liesvelt pour hérésie suivie de son exécution en novembre 1545 marquèrent irrémédiablement la fin de cette période fastueuse. Entre 1522 et 1545, ce sont pas moins de 85 éditions de la Bible néerlandaise qui virent le jour dans les Pays-Bas et l’on estime à 200.000 le nombre d’exemplaires publiés entre 1520 et 1566, soit un ratio incroyable d’une Bible pour vingt-cinq habitants. Comprenant très tôt les enjeux liés l’émergence de ce genre littéraire nouveau, Willem Vorsterman ne tarda pas à emboiter le pas à Jacob van Liesvelt et publia, en 1528, la première édition de sa célèbre Bible. Celle-ci fut suivie de nombreuses rééditions entre 1529 et 1545, même si le terme n’est peut-être pas des plus adéquats, eu égard aux importantes modifications textuelles et iconographiques opérées d’une version à l’autre, chaque édition possédant ses propres caractéristiques.

L’exemplaire conservé dans les collections universitaires liégeoises, provenant du collège des Jésuites de Liège, correspond à la pénultième édition de la Bible Vorsterman. De format in-quarto, il arbore une reliure en plein veau montée sur ais de bois avec un estampage à froid et conserve la trace d’anciens fermoirs. Comme l’indique explicitement le titre, l’ouvrage embrasse l’Ancien et le Nouveau Testaments, répartis en deux sections distinctes possédant chacune une page de titre et une foliotation propres. Des signets, disposés le long de la tranche, combinés à une Tafel op die gheheele heylighe Scriftuere, liste thématique classée par ordre alphabétique placée en tête d’ouvrage, en facilitent la consultation et le rendent parfaitement adapté à un usage liturgique. Tout comme l’édition de 1528, l’imprimé liégeois est abondamment illustré, bien que certaines modifications ont été apportées ; les xylographies narratives de Jan Swart van Groningen et Lucas Van Leiden qui accompagnaient le texte vétérotestamentaire ont laissé place, comme ce fut systématiquement le cas à partir de 1532, à une suite de gravures sur bois, déjà employées par Martin Lempereur pour sa Bible française (Anvers, 1530), copies libres ou fidèles d’après la Biblia cum concordantiis veteris et novi testamenti, édition de la Vulgate imprimée et publiée par Jacob Sacon (Lyon, 1512). Considérant les Évangiles, l’imprimeur anversois remploya en revanche les quelques quarante xylographies initialement insérées dans la première édition de sa Bible, ainsi que les vingt-et-une illustrations de l’Apocalypse, copies d’après le Nouveau Testament de Christoffel van Ruremond (Anvers, 1526).

La Bible Vorsterman participait d’un élan religieux nouveau dans les Pays-Bas au début du XVIe siècle, caractérisé par un intérêt renouvelé pour le message biblique et par une « faim » insatiable pour la parole divine. Les anciennes traductions latines, corrompues et obscures, ne permettant plus de lire « purement … le pur mot de Dieu » (puer godlijcke woort niet puerlic en consten gelesen), d’aucuns prônèrent un retour aux sources bibliques originelles afin de rétablir cette connexion perdue avec le Divin. Cette idée, parfaitement exprimée dans la préface du Nouveau Testament édité par Adriaen van Berghen (Anvers, 1524), transparait clairement sur la page de titre de la Bible Vorsterman ; l’éditeur anversois entendait en effet proposer une traduction du texte latin corrigé sur la base des livres hébreu et grec : « … met grooter naersticheyt naden latijnschen tekst gecorrigeert, ende opten cant des boecks die alteratie die hebreeusche veranderinge, naerder hebreeuscer waerheyt der boecken die int Hebreus zijn, ende die griecsce der boecken die int Griecs zijn … ». L’étude philologique menée par A. A. den Hollander a révélé une réalité bien différente. Le texte de l’Ancien Testament, semblable à quelques rares exceptions près à celui de 1528, repose essentiellement sur la traduction du Pentateuque de Luther, publiée en 1523. Quant au Nouveau Testament, il dérive d’une traduction de la Vulgate par Érasme, éditée en 1524 par Cornelis Lettersnijder et reprise quelques années plus tard dans le Nouveau Testament de Michiel Hillen van Hoochstraten (Anvers, 1527).

À l’instar des autres éditions de la Bible Vorsterman postérieures à 1533-34, l’exemplaire liégeois se distingue par l’abondance de ses notes marginales, commentant aussi bien le texte que l’image, et peut être qualifié sans exagération de Bible glosée. Ces indications paratextuelles, qui procèdent à des rapprochements entre les épisodes bibliques et l’Histoire de l’humanité depuis sa création, proposent une lecture typologique s’inscrivant dans la tradition médiévale ou se réfèrent aux textes hébreu et grec, sont pour la plupart empruntées à la traduction du Pentateuque de Luther, ce qui ne fut pas sans poser de problèmes. Si les autorités anversoises tolérèrent l’édition de Bibles vernaculaires jusqu’en 1540 environ, l’on assiste ensuite à un accroissement notable des répressions, avec pour objectif premier d’enrailler la multiplication et la diffusion des écrits présumés hérétiques, au rang desquels les Bibles néerlandaises figuraient en bonne place, par la condamnation des ouvrages hétérodoxes et l’émission d’édits anti-hérésie. Dans ce contexte, Willem Vorsterman quêta l’approbation des autorités civiles et ecclésiastiques afin qu’elles cautionnassent son entreprise, comme en atteste le privilège sur la page de titre. Pourtant, si ce dernier ne fut jamais inquiété personnellement, la Bible Vorsterman fut en revanche frappée d’interdiction. Dans le cas présent, ce n’est pas tant le recours au néerlandais pour transcrire les Saintes Écritures que les nombreuses gloses d’inspiration réformée qui sont pointés du doigt. Ainsi, les éditions de 1528, 1534, 1544, 1545 furent condamnées et mises à l’index par l’Université de Louvain dès 1546, quand celles de 1529-31, dépourvues de cette abondance paratextuelle, furent jugées conformes à l’orthodoxie.


Transitions

Gaylen Vankan
Doctorant en Histoire de l’art et archéologie

Cette présentation a été réalisée dans le cadre de la collection "Arm@rium Universitatis Leodiensis. La bibliothèque virtuelle du Moyen Âge et de la première Modernité de l’Université de Liège", développée par l'Unité de Recherche Transitions .


Citer cette présentation :
Vankan G., « Den Bibel. ‘t geheel Oude ende Nieuwe Testament, Antwerpen, Willem Vorsterman, 1544, in 4° (Liège, Bibliothèque ALPHA, Th00510) », in Arm@rium Universitatis Leodiensis. La bibliothèque virtuelle du Moyen Âge et de la première Modernité de l’Université de Liège, novembre 2018. http://hdl.handle.net/2268.1/3569
Bibliographie :
  • USTC 409321
  • De Bujanda J. M., Index de l'Université de Louvain 1546, 1550, 1558 , Sherbrook, Centre d'Études de la Renaissance et Université de Sherbrook - Genève, Droz, 1986.
  • Den Hollander, A. A., De Nederlandse Bijbelvertalingen, 1522-1545 , Nieuwkoop, De Graaf Publishers, 1997 (Bibliotheca Bibliographica Neerlandica, 33).
  • François W., « Typology – Back with a Vengeance! Text, Images, and Marginal Glosses in Vorsterman’s 1534 Dutch Bible », dans MELION W. S., CLIFTON J., WEEMANS M. (éd.), Imago Exegetica. Visual Images as Exegetical Instruments, 1470-1700, Leyde - Boston, Brill, 2014, p. 89-136.
  • Van den Berg, A. J., Thijs, B., Uitgelezen. Bijbels en prentbijbels uit de broegmoderne tijd, Heerenveen, Uitgeverij Groen, 2010, p. 26-34.

Items in DONum are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.