Feedback

Informations

Dissertatio de generatione et metamorphosibus insectorum surinamensium : in quô, praeter vermes [et] erucas surinamenses, earumque admirandam metamorphosin, plantae, flores [et] fructus, quibus vescuntur, [et] in quibus suerunt inventae, exhibentur. His adjunguntur bufones, lacerti, serpentes, araneae, aliaque admiranda istius regionis animalcula, omnia manu ejusdem Matronae in America ad vivum accuratè depicta, [et] nunc aeri incisa, accedit appendix transformationum piscium in ranas, [et] ranarum in pisces = Dissertation sur la generation et les transformations des insectes de Surinam : Dans la quelle on traite des vers et des chenilles de Surinam des plantes, fleurs, [et] fruits dont ils vivent [et] dans lesquels on les a trouvez. On y parle aussi des crapaux, lezards, serpens, aragnees, [et] autres petits animaux du même païs, peints sur les lieux d'après nature, [et] depuis gravez avec beaucoup de soin. On y a joint un traité des changemens des poissons en grenouilles [et] des grenouilles en poissons.

Author(s), creator(s), collaborator(s) : Merian, Maria Sibylla
Type of the represented object : Book

Détails
Original object location: Réseau des Bibliothèques
Other title: Dissertation sur la generation et les transformations des insectes de Surinam : Dans la quelle on traite des vers et des chenilles de Surinam des plantes, fleurs, [et] fruits dont ils vivent [et] dans lesquels on les a trouvez. On y parle aussi des crapaux, lezards, serpens, aragnees, [et] autres petits animaux du même païs, peints sur les lieux d'après nature, [et] depuis gravez avec beaucoup de soin. On y a joint un traité des changemens des poissons en grenouilles [et] des grenouilles en poissons
Author(s), creator(s), collaborator(s): Merian, Maria Sibylla (1647-1717) (author)
Editor: Hagae comitum, Apud Petrum Gosse = A La Haye, Chez Pierre Gosse
First publication of the original object: 1726
18th century
Modern times (1492-1789)
Place of creation of the original object: Pays-Bas - La Haye
Identifiant(s): R168E (cote ULiège)
709608974 (code-barres ULiège)
Original object language: Latin
French
Description: Date de publication: M.DCC.XXVI [1726]

Signatures : π² *-2*² A-S²
Empreinte: 'àt, s.i- s.em Betu (3) 1726 (R) (exemplaire ULiège)
Material, support of the original object : Papier
Dimensions, weight or duration: in-fol.
Physical description of the represented object : [10], 72 pages; planches
Geographical Location represent or evoke: Surinam
CREF classification(s): Sciences exactes et naturelles
Classification(s): Life sciences => Zoology
Organization that sponsored the digitization: Université de Liège - ULiège
Other contributor(s): Gosse, Pierre (1676?-1755) (printer-bookseller)
Part of: Public domain
Permalink: http://hdl.handle.net/2268.1/3536

pdf.png
R168E.pdf
Description:
Size: 256.78 MB
Format: Adobe PDF
Access type: Open Access
Scientific presentation

Oubliée ou ignorée pendant de nombreuses années, Marie Sibille Merian mérite largement toute l’attention qui lui est portée depuis la fin du xxe siècle. Elle est actuellement reconnue comme une pionnière de l’entomologie, voire également comme la mère de l’écologie. Son nom restera également gravé et transmis à la postérité pour l’extrême précision de ses peintures naturalistes de fleurs et d’animaux.

Née en Allemagne en 1647, la jeune Marie Sibille sera initiée à la peinture et à la gravure par son beau-père. A la même époque, à l’âge de 13 ans, elle se passionne pour les insectes et particulièrement pour la transformation des chenilles en papillons. Elle réalise des élevages et mêle dans ses peintures les plantes et les insectes.

En ce milieu du XVIIe siècle, les insectes sont considérés comme des oeuvres du diable, apparaissant ci et là par génération spontanée. Ils ne font guère l’objet d’études très poussées. Quelques passionnés constituent néanmoins de larges collections à partir d’exemplaires qu’ils font revenir de l’étranger. Installée en Hollande, Marie Sibille Merian va découvrir diverses collections d’insectes du Suriname, colonie néerlandaise d’Amérique du Sud. L’envie d’observer les vraies couleurs de ces insectes et de les voir évoluer dans leur milieu va la convaincre de préparer une expédition scientifique. L’idée est révolutionnaire pour l’époque, unique de la part d’une femme. Âgée de 52 ans, elle effectue la traversée en compagnie de sa fille cadette. Durant près de deux ans, elle prendra des notes et réalisera des peintures sur les moeurs des insectes et autres animaux. Elle confectionnera de riches collections lors d’expéditions à l’intérieur des terres. Frappée par la malaria, elle retournera en Hollande pour y rédiger son ouvrage sur la métamorphose des insectes du Suriname. Elle sera aidée de sa fille et par d’excellents graveurs. La réalisation de l’ouvrage coûte cher, son prix est fort élevé et les ventes rapportent peu d’argent. Pour vivre, elle vend ses oeuvres et donne des cours de peinture. Elle jouit alors d’une réputation de grande naturaliste et d’artiste. Le 13 janvier 1717, Marie Sibille Merian s’éteint à l’âge de 70 ans.

L’ouvrage de Merian fit l’objet de nombreuses éditions amendées et traduites dans différentes langues, afin de permettre au plus grand nombre d’accéder aux connaissances scientifiques, habituellement diffusées en latin. Concernant l’entomologie et l’écologie, ce livre est remarquable à plus d’un titre: description et/ou illustration du milieu de vie, des couleurs, du cycle de développement des insectes et batraciens, des interactions entre la plante et l’insecte, évocation de l’utilité réelle ou potentielle des espèces.

L’exemplaire de l’Université de Liège porte la mention : « Ex libris Ed. van Beneden ». Édouard van Beneden fut l’un des plus illustres professeurs de l’Université de Liège. Il est crédité de la découverte des principales étapes de la méiose et de leur signification.

L’insecte représenté en haut de planche XLVIII n’a rien de fantasque. Il s’agit d’un Coléoptère Cerambycidae répondant au nom de Macrodontia cervicornis (Linné, 1758). Le deuxième coléoptère est un Dryophthoridae, très certainement Rhynchophorus palmarum (Linné, 1758). Comme précisé par Merian, sa larve, également fort bien représentée, vit dans les troncs (tiges) de palmier et est consommée par les populations locales.


ULiege

Jacques Mignon
Attaché scientifique

Cette présentation a été réalisée dans le cadre du catalogue de l'exposition Empreintes. Patrimoine écrit, témoin de l'Histoire qui s'est déroulée à la Cité Miroir (Liège), du 21 avril au 20 juillet 2018.


Citer cette présentation :
Mignon, J., « Marie Sibille Merian, Dissertatio de generatione et metamorphosibus insectorum surinamensium, La Haye, Pierre Gosse, 1726, 2° (Liège, Bibliothèques ULiège, R168E) », in Oger, C., Simon, S. et Thirion, P. (dir.), Empreintes. Patrimoine écrit, témoin de l'Histoire, Liège, Presses universitaires de Liège, 2018, p. 138-139. http://hdl.handle.net/2268.1/3536
Bibliographie :


Items in DONum are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.